<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=660830814037640&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
juin 2021

Définition du PLM, mise en place et exemple

PLM

Entre définition, installation et cas pratique : voici tout ce que vous devez connaître sur le PLM.

Le Product Lifecycle Management, PLM, ou gestion du cycle de vie produit, GCVP, consiste, dans les grandes lignes, à gérer toutes les informations échangées au cours du cycle de vie du produit. La définition du PLM englobe donc la création et le partage de toutes les données relatives aux études préliminaires, à la conception, à la fabrication, à la maintenance et à la fin de vie d’un produit.

 

Le périmètre d’activités que recoupe un PLM ne s'arrête pourtant pas là. Le concept même de gestion du cycle de vie produit implique effectivement de nombreuses collaborations entre équipes. Travailler en PLM demande donc également de moduler les processus de l’entreprise. Certains industriels en viennent ainsi à marier solution PLM et Enterprise Resource Planning (ERP) pour assurer leurs performances.

 

Définition du PLM ou Product Life Cycle Management

Le Product Lifecycle Management peut se définir comme une méthode de gestion de produit qui permet de l’optimiser tout au long de son existence, de sa conception à sa production, en allant jusqu’à sa maintenance et son recyclage.

 

Qu’est-ce que le PLM, ou la “GCVP” ?

On parle de “cycle de vie” pour décrire le processus de mise sur le marché d’un produit. Ce processus inclut notamment la définition du produit, sa conception technique, sa fabrication, sa maintenance et son recyclage, dans les meilleurs cas. Tout au long de ce processus, ce produit génère des informations.

 

La CCI définit ainsi les systèmes PLM comme des outils de centralisation des données générées au cours du cycle de vie produit. Un logiciel GCVP concentre donc les informations au cœur d’une plateforme digitale partagée, sécurisée, garante de la traçabilité des échanges.

 

Les outils PLM ont pour avantage principal de favoriser la collaboration des différentes parties prenantes. En cela, ils combinent deux approches traditionnellement assez opposées de la gestion de projet. Celle de l’organisation en “cycle en V”, ou “waterfall”, d’une part, très marquée par les notions de chronologie, de délai, de dates butoires et de “jalons”. D’autre part, la notion de collaboration et d’élasticité du produit, plus proche des approches de gestion de projet Agile.

 

Quelle stratégie derrière une méthode PLM ?

Opter pour une gestion du cycle de vie du projet revient à prendre en compte la diversité des acteurs qui gravitent autour de sa mise sur le marché. Le développement d’un produit fait effectivement intervenir des équipes diverses : la R&D, la qualité, la production, le juridique, le marketing, la maintenance.

 

Ces parties prenantes génèrent des données - plans, nomenclature produit BOM (Bill Of Material), catalogues, modèle CAO (Conception Assistée par Ordinateur), support client, rapports de test, spécifications, certificats - qu’il convient de manager stratégiquement. C’est tout l’objet du Product Lifecycle Management.

 

L’idée, derrière, la GCVP, consiste donc à dire que la centralisation virtuelle de ces données permet d’interconnecter les équipes. Cette collaboration est ce qui différencie la définition du PLM de celle du PDM. Le PDM se définit effectivement comme le Product Data Management (PDM). Celui-ci ne recoupe que la gestion des flux de données techniques et les demandes de modification, sans encourager spécialement la collaboration.

 

Quels sont les avantages de la GCVP, gestion du cycle de vie d'un produit ?

 

Le Product Lifecycle Management s’étend en ce moment de l’industrie aux PME, tant il a des avantages :

 

  • Le PLM permet de réduire les délais et les coûts de mise sur le marché, c’est-à-dire le “time-to-market”, et donc de répondre à une concurrence croissante.
  • La CGVP aide aussi à centraliser les informations pour faciliter la collaboration entre équipes éloignées : entités et filiales, sites de production, clients, sous-traitants.
  • Utiliser un logiciel PLM, c’est garantir à toutes ces parties prenantes d’accéder à la bonne donnée quand elles en ont besoin, pour une réactivée optimale.
  • La CGVP autorise le traitement par lots de tâches et donc l’automatisation de petites missions chronophages, comme les actualisations de documents de référence ou de catalogues. Les équipes gagnent en réactivité, notamment dans le traitement des questions clients.
  • Parce qu’elle va de paire avec la digitalisation de la data, la définition du PLM implique en outre une sécurisation de l’accès aux informations. Les plateformes PLM évitent le recours aux emails. Elles garantissent de surcroît la sécurisation de l’accès aux données, grâce à des techniques de gestion des autorisations ou de double authentification. Elles préservent ainsi également le patrimoine intellectuel de l'entreprise.
  • Le PLM aide, enfin, à retrouver des documents pour les exploiter dans le cadre d’un nouveau projet. Cela réduit les coûts et optimise les chances de réussite.

 

Mise en place du PLM dans l'industrie 

Dans le cadre du développement d’un produit industriel, le PLM permet de mixer des approches “en cascade” marquées par la notion de chronologie et les méthodes plus souples et plus collaboratives, dites Agile.

 

Les fabricants privilégient ainsi souvent de rigoureuses planifications pour les phases de définition et de conception produit. Le développement continu du produit bénéficie, lui, de la collaboration nécessaire à un time-to-market réduit. Ce fonctionnement orienté PLM occasionne des modèles innovants de gestion de projets. Les industriels séquencent par exemple des modèles de gestion de produit Agile, d’habitude plus flexibles :

1 / Problème constaté

2 / Modifications proposées

3 / Points critiques

4 / Suggestions

5 / Pièces concernées

6 / Validations

7 / Spécifications client

8 / Remarques Client

 

Ce séquençage satisfait au besoin de répondre aux nouvelles demandes clients, aux problèmes de production ou aux nouvelles réglementations de façon réactive, en s’appuyant sur la centralisation des données.

 

Dans le détail, on constate en fait que le PLM s’adapte particulièrement bien aux processus des fabricants liés à l’innovation et au développement produit : gestion des données, de la propriété intellectuelle, des demandes clients. Les industriels gardent une approche plus classique de cycle en V pour encadrer les procédés opérationnels : planification, logistique, gestion des stocks, les commandes, des ventes et gestion budgétaire.

 

L'interaction entre les softwares de gestion intégrée type ERP et ceux de CGVP sert ainsi les performances des industries de fabrication complexe et celles de production logistique.

 

Exemple de PLM réussi : le cas Radiall

 

L’entreprise française multinationale Radiall se spécialise dans la fabrication de solutions d’interconnexion pour l'aéronautique, la Défense, les télécommunications ou encore le médical. Sa croissance internationale a fait monter les équipes de ses sites étrangers en responsabilité, notamment dans la conception et le développement de ses produits.

 

La société a donc dû opter pour un système qui facilite la transmission des données entre entités, qui garantisse la traçabilité des tâches effectuées, ainsi que la validation des étapes. L’adoption d’une gestion PLM s’est ainsi imposée pour apporter de la rigueur aux échanges d’information et accélérer les développements produits. La digitalisation du cycle de vie du produit a aussi permis de fédérer les collaborateurs des 8 filiales et d’évoluer vers le 0 papier.

 

Radiall utilise donc désormais le système PLM de Planzone pour :

 

  • faciliter les interactions entre les intervenants produit, process, qualité, marketing et achats des 8 sites Radiall ;
  • centraliser les données et leurs validations ;
  • garder une vision globale sur les étapes de modifications produits ;
  • profiter d’une vision métier des différentes tâches ;
  • obtenir une vision personnelle de son tableau de bord en tant qu’utilisateur ;
  • paramétrer de nouveaux projets rapidement grâce à la fonctionnalité d’attributs projets de Planzone.

 

Pour en savoir plus sur la définition du PLM version Radiall, téléchargez l’étude de cas Radiall.


Démarrer votre essai de 30 jours